Tribunes libres - janvier 2017



MAJORITÉ MUNICIPALE

Une ville animée, une ville aimée !

Cette année encore, nous avons poursuivi notre politique d’animation à l’occasion des fêtes de fin d’année, pour permettre à chacun de se divertir et de faire ses achats dans une ambiance conviviale.

Ce temps de fête familiale autour de la magie de Noël et des fêtes de fin d’année s’est accompagné de nombreuses animations, dans tous nos quartiers comme en centre-ville, notamment autour du marché de Noël qui, cette année, s’est élargi pour proposer aux visiteurs, aux chalands ou aux flaneurs pas moins de 64 chalets installés au pied de l’Hôtel-de-Ville et ce jusqu’à la place Dorian.

Des chalets offrant plusieurs variétés de cadeaux et de plaisirs pour les papilles... Mais ce fût aussi un chalet des solidarités, mis à la disposition d’associations oeuvrant pour des actions humanitaires ou encore pour de la prévention.

Nous avons aussi voulu ponctuer le rythme de notre ville par des animations nouvelles : le petit train, qui a arpenté les rues de notre ville, ou encore la nocturne du marché de Noël qui s’est tenue le 8 décembre et qui a été un véritable succès. « Sainté scintille » a enchanté nos rues. Nous avons aussi fait le choix d’égayer nos transports en commun avec la présence du Père Noël pour le plaisir des plus petits, et d’accorder la gratuité sur deux samedis des transports en commun pour faciliter vos déplacements et vos achats.

Si nous travaillons à l’animation de notre ville, c’est qu’elle contribue bien évidemment à la qualité de vie et à l’épanouissement de chaque Stéphanois. Mais c’est aussi parce qu’elle est un vecteur d’attractivité et de dynamisme.

Pour cela, nous veillons à ce que tous les acteurs de la ville soient associés (commerçants, associations de commerçants, centres sociaux, associations sportives et culturelles) et contribuent à l’animation de tous nos quartiers.

Pour que Saint-Étienne soit une ville festive, animée, vivante où il fait bon vivre.

Lionel Boucher

Groupe Provoquons l’Avenir !

 

MAJORITÉ MUNICIPALE

Saint-Étienne au Banc d’essai

Après que la dernière édition de la Biennale Internationale Design a rassemblé 208 000 visiteurs, la 10e Biennale, intitulée « Working Promesse », sera à nouveau l’occasion de montrer combien le design est à même de jouer son rôle dans l’évolution de notre territoire par des expérimentations toujours plus innovantes.

Tout naturellement, la partie « Off » de ce grand événement s’est installée comme un élément incontournable de la programmation.

Le Off Biennale Internationale Design 2017 permettra d’exprimer et d’expérimenter des projets et actions qui sont développés au quotidien. En 2015, il a permis de fédérer et de mettre en valeur près de 90 projets.

Banc d’Essai y figure. Cette initiative propose d’implanter dans l’espace public des prototypes de mobilier urbain – des projets non encore commercialisés ou en cours de commercialisation -, et invite les habitants, les visiteurs, à les tester en conditions réelles, à en évaluer les usages sur différents lieux stratégiques du territoire stéphanois.

Pour cette édition 2017, 22 projets ont été sélectionnés sur 55.

L’objectif est double : faire en sorte que l’usager soit au cœur du design et au cœur de l’expérimentation.

C’est aussi l’occasion pour nos industriels, éditeurs, architectes, artistes et designers français et étrangers de tester en direct leurs prototypes, de les faire évoluer et d’en assurer le succès ! Ainsi, en 2015, 20 prototypes ont été testés. Le résultat est là : une dizaine de projets ont trouvé leur place dans l’espace public stéphanois.

4 projets ont été présentés à la « Paris Design Week 2015 », un autre a reçu le prix design Shenzhen et l’opération Banc d’essai 2015 a reçu le trophée Image online du cadre de vie du concours national Fimb’acte 2015.

Outil d’attractivité et de rayonnement du territoire stéphanois, vecteur de développement pour nos entreprises, événement médiatique, la Biennale montre aussi que le design, loin d’être une affaire de spécialistes, s’inscrit au cœur de nos vies.

Robert Karulak

Groupe Provoquons l’Avenir !

 

MAJORITÉ MUNICIPALE

Vous le demandez : nous le faisons

De l’aveu de nombreux Stéphanois, on n’avait jamais autant vu de chantiers en cours dans notre ville. Si ceux-ci témoignent de la confiance que les investisseurs retrouvent envers Saint-Étienne, nous n’en oublions par pour autant l’amélioration de la qualité de vie quotidienne de chacun. Tous nos quartiers sont concernés, et nous avons engagé, en 2016 encore, de nombreuses actions en ce sens. C’est ainsi que des travaux de diverse envergure, demandés par les riverains depuis parfois de nombreuses années, ont été menés.

De la réfection des trottoirs (rues Furania et Barroin) à la pose de bandes podotactiles (Avenue de la Libération), de la réfection complète d’un espace public (Places Plotton, Jacques Duclos) au détagage des façades (bâtiments des Beaux-Arts), de la mise en place des éclairages festifs (quartier Saint-Jacques) à la sécurisation des abords des écoles (Saint-Louis, Saint-Michel), de l’entretien des espaces verts (Rue Nicolas Chaize) à la création d’une placette (La Veue), de l’amélioration des traversées piétonnes (rue Claudinon) à l’entourage d’arbres (rue de Terrenoire) et à la pose de caméras (espace Christian Bail), de la rénovation des escaliers (Jardin des plantes) à la pose de cache-conteneurs (centre commercial de la Métare), de l’aménagement d’un espace jardin intergénérationnel (rue Méhul) au changement et à la pose de bancs (Square Révérent Père Legal), sans oublier les reprises des zones de jeux (jardin des Utopies)... Ce sont au total plus de 80 demandes qui ont été satisfaites tout en respectant le budget alloué de 1,750 millions. Et ce sans compter le travail quotidien de plus de 350 agents de terrain présents sur la Ville et à l’écoute des usagers.

La tâche est grande compte tenu des lacunes de gestion de l’espaces public pendant de trop nombreuses années. Ces « petits » pas se poursuivront bien entendu dans les années à venir, contribuant ainsi toujours plus à l’embellissement de la ville au profit de tous.

Paul Corrieras

Groupe Provoquons l’Avenir !

 

MAJORITÉ MUNICIPALE

Beauté de façades

De même que dans les rapports humains, la première impression que l’on a d’une ville s’établit essentiellement en fonction de son apparence. C’est pourquoi nous mettons tout en œuvre pour donner une plus belle image de Saint-Étienne et ainsi en renforcer l’attractivité. Pour ce faire, en complément de notre vaste programme de démolition des friches et îlots vétustes (25 000 m2 d’espaces libérés pour 2,5 M€), nous menons une politique particulièrement volontariste en matière d’aide au ravalement de façade.

En fonction de plusieurs critères et en concertation avec les propriétaires d’immeubles situés dans le périmètre de ravalement, nous subventionnons jusqu’à 50 % du coût des travaux ! Ce soutien financier est un véritable levier pour le renouvellement urbain et l’embellissement de notre ville : depuis le début de notre mandat, ce sont quelque 90 immeubles qui ont fait l’objet d’un ravalement de façades, ce qui représente près d’1 million d’euros de subventions municipales en seulement 3 ans. Le rythme s’est considérablement accéléré puisque seuls 50 immeubles avaient profité de cette aide lors des 4 années précédant notre arrivée, soit moins de 350 000 euros de subventions. Ces chiffres sont la preuve que les investisseurs privés ont à nouveau confiance en l’avenir de notre ville.

Forts de ce bilan, à l’occasion du dernier conseil municipal, nous avons fait le choix d’étendre le périmètre d’aide au ravalement de façade à l’Avenue Denfert-Rochereau. Ce n’est pas anodin ; cette avenue fait actuellement l’objet d’un réaménagement global qui permettra aux 12 000 personnes qui transitent chaque jour par la gare TGV d’accéder à notre centre-ville dans un environnement de qualité, design et sécurisé. Cette politique rejoint aussi le souhait qui avait été formulé lors de la réunion publique sur l’aménagement de l’Avenue Denfert-Rochereau le 19 septembre dernier.

Christiane Jodar

Groupe Provoquons l’Avenir !

 

MAJORITÉ MUNICIPALE

Pour vos envies, la Ville satisfait vos besoins

Nos amis canins ne sont malheureusement pas les seuls à faire leurs déjections dans l’espace public. Pour lutter contre ces incivilités, la Ville de Saint-Étienne a entrepris plusieurs mesures permettant à tous de satisfaire ces besoins en toute tranquillité, dans le respect des autres et des règles d’hygiène.

Ainsi, dès septembre 2014, la Ville a pris un arrêté pour sanctionner toutes immixtions humaines sur l’espace public. En effet, il est intolérable de laisser jouer des enfants dans des parcs souillés par des excréments de quelques « incontinents ».

Cette mesure a été accompagnée, dès octobre 2015, par la mise en gratuité des toilettes publiques.

Les chiffres sont là pour démontrer que cette décision a été la bonne, répondant à une réelle préoccupation d’hygiène et de santé publique. Depuis lors, la fréquentation des toilettes publiques a tout simplement explosé...

Pour le premier semestre 2015, on relevait 25 360 passages. Pour la même période de l’année 2016, ceux-ci sont passé à 187 317, ce qui fait 7 fois plus. Par exemple, les toilettes de l’Hôtel de Ville ont vu leur fréquentation multipliée par trois, celles de Carnot par 14 et celles de Chavanelle par 37.

Ce qui représente annuellement 187 km de papier sanitaire (soit un trajet Saint-Étienne/Annecy) et 1 500m3 d’eau, soit un peu moins que le volume du bassin olympique de la piscine Raymond Sommet.

Le nettoyage des sanitaires a été doublé. Ainsi, les agents d’entretien passent 2 fois par jour 6 jours sur 7, voire tous les jours pour les sites les plus fréquentés et en période d’animation forte, contre 3 fois par semaine auparavant. Cet effort permet de rendre le meilleur service possible pour les usagers.

Afin de renforcer ces mesures, nous avons décidé de doubler le nombre de toilettes publiques.

Ainsi dans le courant de l’année 2017-2018, 15 toilettes supplémentaires viendront compléter l’offre actuelle qui en compte 25.

Les « incontinents » n’auront donc plus d’excuses.

Pascale Lacour

Groupe Provoquons l’Avenir !

 

 

MAJORITÉ MUNICIPALE

La Ville soutient l’emploi local grâce à l’insertion !

Nous avons fait de l’emploi un axe fort de notre politique municipale, même s’il ne peut s’inscrire que dans la limite des compétences municipales. C’est la raison pour laquelle nous avons assuré la pérennité de la Maison de l’Emploi après la suppression, par l’État, de sa participation financière, et nous travaillons sans relâche pour fédérer et coordonner les différents acteurs publics, privés ou associatifs, et ainsi rapprocher l’offre de la demande d’emploi.

Mais en plus des paroles et des bonnes intentions, il faut surtout des actes et bien entendu des résultats. Le recours aux clauses d’insertion dans les marchés publics en est la parfaite illustration. Alors que la loi impose un minimum de 5 %, nous avons fait le choix de porter à 8 % le nombre d’heures dévolues à l’insertion dans les marchés publics. Parallèlement, nous avons décidé d’élargir ce dispositif à l’ensemble des marchés publics contractés par la Ville et d’en faire un critère d’attribution au moment de l’analyse des offres. En interne, nous avons formé l’ensemble des acheteurs publics de la Ville (120 agents) aux clauses d’insertion et à l’achat responsable. Ainsi, aujourd’hui ce sont près de 300 personnes qui bénéficient chaque année de quelque 100 000 heures d’insertion, soit 25 % de plus qu’en 2013.

Ces chiffres ne sont pas le résultat d’une simple règle mathématique, c’est le fruit d’une volonté politique, d’une mobilisation de l’ensemble de l’équipe municipale auprès des entreprises pour les convaincre de l’utilité économique et sociale de cette action. Nous sommes persuadés qu’en favorisant les embauches au niveau local des personnes les plus éloignées de l’emploi, nous construirons un environnement économique plus solidaire et dynamique au service de l’attractivité de notre ville.

Delphine Jusselme Frédéric Durand

Groupe Provoquons l’Avenir !

 

SAINT-ÉTIENNE L’AVENIR ENSEMBLE

Commerce : les fermetures se multiplient.

C’est visible de tout un chacun. Les devantures de boutiques fermées sont de plus en plus nombreuses.

Quelles que soient les déclarations de l’adjoint en charge des questions commerciales sur le sujet, il suffit de marcher quelques minutes en ville pour s’en rendre compte : rue de la République, rue du 11 novembre, rue Louis-Braille, rue de la Ville, place Neuve, cours Victor Hugo, place du Peuple, place Jean-Jaurès...

Certes, les facteurs sont multiples.

Mais ce qui est certain, c’est que la politique du maire au mieux est inefficace, au pire contribue aux difficultés.

Le retour en ville des voitures n’a rien arrangé, au contraire : encombrements, pollution, bruit, rallongement des temps de parcours en transport en commun : cela ne contribue évidemment en rien à maintenir ou favoriser l’activité commerciale.

Ce qui aggrave encore une situation déjà très préoccupante, c’est de promouvoir et de développer le commerce à la périphérie de la ville. L’exemple le plus emblématique étant le projet « Steel » sur la zone Monthieu – Pont de l’Âne. De tels projets, c’est inévitable, grèveront durablement l’activité commerciale du centre-ville et même de Centre 2.

D’ailleurs, les commerçants ne s’y trompent pas. Faut-il ici rappeler le départ de Roche Bobois ou celui annoncé de la Fnac pour justement rejoindre les zones périphériques ? Défendre la ville, c’est préserver son image et promouvoir son attractivité. Défendre les Stéphanois, c’est aussi défendre un centre-ville animé, commerçant, pacifié et accessible.

Tels ne sont pas les choix qui sont faits aujourd’hui par le maire. Ces erreurs se paieront au prix fort et pendant longtemps.

Saint-Étienne, l’avenir ensemble

Groupe PS-Républicains Mail : sainteavenirensemble @gmail.com

 

SAINT-ÉTIENNE L’AVENIR ENSEMBLE

Métropole stéphanoise : une victoire malgré le désaveu de M. Perdriau.

A l’heure où nous écrivons ces lignes, nous avons bon espoir que Saint-Étienne Métropole puisse obtenir le statut officiel de « Métropole ». Un important débat parlementaire s’est en effet engagé après que le gouvernement a introduit dans un projet de loi un article permettant une évolution des critères d’éligibilité. Cet article, inspiré d’une proposition de loi déposée par notre sénateur Maurice Vincent, permettait à la collectivité stéphanoise d’accéder à ce nouveau statut et de maintenir ainsi son rang dans notre région.

Dans cette affaire, nous n’avons pu que constater le peu d’influence de M. Perdriau qui n’est pas parvenu à convaincre ses amis politiques de soutenir cette évolution. En effet, la majorité de droite au Sénat, pour des raisons strictement politiciennes, s’y est opposée alors que Maurice Vincent bataillait pour l’obtenir.

À l’Assemblée Nationale, les députés majoritairement de gauche, en acceptant la réintroduction de cet article, qui a de bonnes chances d’être finalement adopté, rendent possible cette évolution déterminante pour l’avenir de notre collectivité.

Nous montrons ainsi que, par-delà les enjeux politiciens de courte vue, nous continuons à défendre l’intérêt général et à penser avant tout à l’avenir de notre ville et des Stéphanois.

La nouvelle année devrait donc s’ouvrir avec une bonne nouvelle pour l’agglomération stéphanoise qui bénéficiera dès lors d’une capacité d’action et de financements renforcés dans la nouvelle Région Auvergne-Rhône-Alpes ainsi que d’un statut favorisant son rayonnement et son attractivité.

Nous profitons enfin de ces lignes pour vous souhaiter, ainsi qu’à vos proches, une belle et heureuse année 2017.

Saint-Étienne, l’avenir ensemble

Groupe PS-Républicains sainteavenirensemble @gmail.com

 

SAINT-ÉTIENNE GROUPE COMMUNISTE

Régression !

En cette période, alors que chacun aspire à quelques jours chaleureux, nous ne pouvons occulter que, dans notre ville, les démunis sont de plus en plus nombreux, confrontés à la cherté de la vie et aux effets de politiques qui les frappent durement, le chômage, la fiscalité injuste, et localement des choix qui accentuent leurs difficultés avec la hausse des tarifs municipaux, du coût des maisons de retraite, le recul des services publics de proximité… Cette gestion municipale se traduit également par la mise à mal, dans les quartiers, des centres sociaux, amicales laïques et associations qui oeuvrent en direction des populations.

Politique désastreuse qui, pour passer, doit faire taire toute contestation. Les habitants de la ville seront donc privés de participation aux conseils de quartiers ! Sans synthèse de leur fonctionnement qui aurait donné une idée précise de l’état des lieux de la démocratie de proximité, la décision est tombée, les réunions se feront à huis clos ! Alors même que certains proclament la mort du politique et de la représentation, des citoyens éprouvent le besoin de se saisir de cette occasion de se réunir, de s’exprimer, de débattre sur la vie dans leur quartier et leur ville.

Imposées par la loi de février 2002, dans ces lieux de démocratie locale, l’information et la concertation ouvraient la porte au dialogue et à l’échange avec des citoyens sur la gestion municipale.

G. Perdriau, après les avoir vidés de leur sens, a décidé de faire une gestion politicienne au service de son intérêt en perspective des prochaines élections municipales.

Que notre devise « l’humain d’abord » soit une réalité, c’est le vœu que nous formulons en 2017 pour notre ville.

Mais aussi que les Stéphanois ne tombent pas dans le piège du choix populiste et antisocial mais exigent une société de plus de justice et de solidarité pour contribuer ainsi à construire une alternative de progrès social.

M. Bianchin et MH. Thomas

groupecommunistesainte42 @gmail.com

 

SAINT-ÉTIENNE EN MIEUX

La pollution de l’air s’aggrave : passons à l’action !

Paris, Lyon, Grenoble… et quelque fois Saint-Étienne sont régulièrement plongées dans la pollution atmosphérique. Les autorités compétentes ne font rien, en dehors de quelques messages d’information. Les écologistes demandent des mesures rapides et la mise en place de plans permettant d’anticiper ces périodes de pics récurrents.

Le préfet doit mettre en place la circulation alternée sur l’agglomération autant que de besoin. Ce n’est pas la panacée mais c’est actuellement la seule mesure efficace pour faire chuter rapidement les émissions de particules fines. En contrepartie, pour inciter les automobilistes à laisser leurs véhicules au garage, il est impératif de rendre les transports en commun gratuits.

Des outils existent pour anticiper ces périodes et en diminuer la durée. Attendre que la météo change n’est pas au niveau de l’urgence sanitaire.

Mieux adapté que la circulation alternée, aujourd’hui, pour les collectivités, il est possible grâce aux certificats de qualité de l’air de limiter la circulation des véhicules en fonction de leurs émissions polluantes. Il est temps que Saint-Étienne s’empare de ces outils pour agir rapidement en faveur de la santé de tous en amont et pendant les pics de pollution. Il faut repenser nos modes d’action et les rendre automatiques dès les premiers signaux d’alerte. Il est inacceptable de laisser circuler des véhicules très polluants et des poids lourds dans notre agglomération durant des périodes de forte pollution.

Le développement du covoiturage et des modes actifs de déplacements sont des solutions de longs termes, tout comme l’augmentation des primes d’achat aux véhicules propres.

Les pics de pollution sont chroniques. Pourtant à chaque situation, les pouvoirs publics tardent à passer à l’action, il faut en finir avec cette passivité !

Olivier Longeon Stéphanie Moreau

Groupe Saint-Étienne en Mieux

 

SAINT-ÉTIENNE BLEU MARINE, FRONT NATIONAL

Perdreau de l’année ou caméléon ?

Il y a un peu plus d’un an, Gaël Perdriau, signait dans Le Monde un plaidoyer pour l’accueil des réfugiés. Nous sommes le 24 septembre 2016, toujours dans Le Monde, le maire dressait son bilan : « Le résultat n’a fait que confirmer ma position : quand on anticipe, quand on prépare l’accueil de ces familles, tout se passe bien ». Deux mois après, dans le Figaro, un article dressait un bilan plus sombre : « Un réseau de proxénètes, deux marchands de sommeil, de faux «parents isolés», des fraudeurs au RSA et une kyrielle de demandeurs d’asile déboutés… » Depuis que la mairie de Saint-Étienne a décidé, il y a un an, de se pencher sur les dossiers de domiciliation de personnes sans domicile stable, c’est tout une série d’invraisemblables «dysfonctionnements» qu’elle a débusquée : après enquête, sur les 2900 demandeurs, seuls 370 se sont révélés sincères. On est allé de surprise en surprise ! À la mairie, on s’indigne devant tant d’incohérence : « Combien d’associations sont-elles ainsi subventionnées en France pour domicilier des personnes qui ne le méritent pas ? » Et le maire (culotté) de préciser : « Combien d’argent public gaspillé représentent ces sommes, ajoutées aux prestations sociales indûment perçues ? » Finalement, le maire est véritablement un perdreau de l’année. Il encense l’accueil des migrants et ensuite il se plaint. Il croyait certainement que les demandeurs d’asile déboutés repartiraient gentiment dans leurs pays d’origine.

Il a beau changer de couleur à volonté comme le caméléon, le maire ne peut plus berner les Stéphanois. Il devra rendre des comptes comme François Hollande brossant un tableau idyllique de sa présidence sans rapport avec la dureté de ce que nous vivons depuis cinq ans : moins d’emplois, moins de pouvoir d’achat, plus de violence, d’insécurité, d’islamisation… Que 2017 soit une année porteuse d’espérance, une année du renouveau ! Nous vous présentons nos meilleurs vœux.

Groupe Saint-Étienne Bleu Marine

 

GROUPE DIVERS GAUCHE

Excellente année 2017

Plein de projets pour les Stéphanois et pour … la ville ! Les Stéphanoises et Stéphanois le comprendront volontiers, nous en sommes sûrs, cette tribune n’échappera pas à l’envoi rituel de nos meilleurs vœux pour l’année 2017.

Au regard des difficultés traversées par notre pays, d’un contexte économique et social difficile, ce message de bons vœux demeure important à nos yeux parce qu’il traduit notre préoccupation d’un mode meilleur au bénéfice de nos concitoyens.

Mais parce que nous sommes des élus responsables, ce vœu, que nous voulons humaniste, n’aurait pas de sens s’il ne s’accompagnait d’ambitions politiques.

Et ces ambitions politiques passent par un message amical que nous adressons au maire de Saint-Étienne.

Tout en lui souhaitant également une bonne année sur le plan personnel, nous formons le vœu que l’année 2017 se traduise par des projets concrets et de vraies mesures pour le développement de la ville.

Aussi, nous lui souhaitons de nouveaux défis à relever, celui de garder ses habitants et d’en attirer des nouveaux pour Saint-Étienne, plein d’idées pour dynamiser le commerce local et le tissu industriel, plein d’idées pour valoriser les services publics, les structures sociales plus que jamais nécessaires, plein d’idées pour faire rayonner la ville, pour soutenir son université, son CHU, garder et motiver ses jeunes, mettre en place des transports en commun performants, embellir l’espace public… Plein d’idées également pour inscrire Saint-Étienne dans la lignée des villes soucieuses de leur environnement.

Cela permettra à nos concitoyens d’évoluer au cœur d’une ville où il fait bon de vivre.

M. Le Maire, faites preuve d’ambition, faites œuvre utile, de l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace.

Nadia Semache André Friedenberg

Groupe Divers Gauche 1, rue Louis Braille 04 77 53 14 98