Les risques de séismes à Saint-Étienne


Qu'est-ce qu'un séisme ?

C'est une secousse, plus ou moins violente, du sol qui est le résultat de la libération brutale d'énergie accumulée par les contraintes exercées sur les roches.
 

Quels risques à Saint-Étienne ?

Saint-Étienne est concernée par le risque sismique, comme risque naturel majeur, depuis l'entrée en vigueur du nouveau zonage sismique français en 2011*.

La carte de zonage a été modifiée grâce à l'avancée des connaissances scientifiques en sismologie et afin de prendre en compte le nouveau code européen de construction parasismique : l'Eurocode 8.

Le territoire français (métropole et outre-mer) a été découpé en cinq zones de sismicité.


Liés au déplacement des plaques tectoniques, les séismes se concentrent dans certaines zones du globe. Cependant, il est aujourd'hui impossible de prévoir où et quand un séisme va se produire et surtout quelle sera sa magnitude (l'énergie libérée).

Un séisme peut causer la dégradation ou la ruine des bâtiments et des décalages de la surface du sol de part et d’autre des failles. Il peut également provoquer des phénomènes annexes tels que des mouvements de terrain. Il faut savoir qu'un séisme est souvent suivi de répliques, des secousses secondaires en général de magnitude plus faible que le séisme initial.

Les actions et moyens de prévention

Depuis 2011, comme presque toutes les communes ligériennes, Saint-Étienne est située en zone de sismicité 2 "faible". Ceci implique de nouvelles obligations en matière d'information préventive et de respect des règles de construction parasismique.

La construction parasismique


Les exigences de cette réglementation européenne, l'Eurocode 8, varient en fonction de la zone de sismicité et de la catégorie d'importance du bâtiment.

L’objectif premier de la construction parasismique est la sauvegarde d’un maximum de vies humaines. Un bâtiment ne doit pas s’effondrer sur ses occupants. Secondairement, les règles de construction permettre de limiter les dommages sur les infrastructures et donc les impacts économiques. De plus, les bâtiments essentiels à la gestion de crise doivent rester opérationnels.

C'est pourquoi les bâtiments dits "à risque normal" sont classés en quatre catégories d'importance en fonction des enjeux à protéger.

  • La catégorie 1 : comprend les bâtiments dans lesquels il n'y a aucune activité humaine nécessitant un séjour de longue durée.
  • La catégorie 2 : les habitations individuelles...
  • La catégorie 3 : les établissements scolaires...
  • La catégorie 4 : les structures stratégiques et indispensables à la gestion de crise (casernes de pompiers, hôpitaux, etc.).

À Saint-Étienne (située en zone de sismicité faible), des règles de construction s'appliquent :

  • pour les bâtiments de catégorie d'importance 3 et 4 pour le bâti neuf,
  • pour les bâtiments de catégorie d'importance 4 pour le bati existant.

L'information préventive de la population


La majorité des constructions existantes ne sont pas parasismiques. La prévention du risque doit donc aussi être axée sur l'organisation des secours et l'information préventive.
Depuis mai 2011, le maire de Saint-Étienne a pour obligation d'informer sa population sur le risque sismique. Le phénomène de séisme n'est pas prévisible, il est subit. C'est pourquoi la population doit connaître les conduites à tenir en cas de séisme.
Les acquéreurs ou locataires de biens immobiliers doivent également être informés par le vendeur ou le bailleur de la situation du bien en zone de sismicité faible.


* Décret n°2010-1254 du 22 octobre 2010 relatif à la prévention du risque sismique.
Décret n°2010-1255 du 22 octobre 2010 portant délimitation des zones de sismicité du territoire français.
Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal ».

Documents

Articles Liés